PRÉSENTATION

LERMITE

Originaire du Locle, Jean-Pierre Schmid (1920-1977) passe la majeure partie de sa vie dans le Jura qui l’inspire profondément. Après une formation artistique à l’Ecole d’art de Bienne, il s’installe tout d’abord à Saignelégier, où il rencontre l’artiste Coghuf, autre grand peintre de paysages jurassiens, qui marquera sa trajectoire artistique. En 1946, il déménage à La Brévine, où il vit dans une maison isolée appelée « L’Ermitage », ce qui lui vaut le surnom de « L’ermite ». Le peintre adopte alors le pseudonyme de « Lermite » pour signer ses tableaux, ce qui marque véritablement le début de sa carrière et la reconnaissance des différents milieux artistiques suisses. Dès 1954, Lermite s’établit définitivement aux Bayards et y meurt en 1977.

LA FONDATION

Constituée en 1977, à la mort de l’artiste, la Fondation Lermite siège depuis sa création au Musée des beaux-arts du Locle qui conserve plus de 340 œuvres de l’artiste. La Fondation s’est fixée comme buts d’honorer la mémoire de Lermite, de promouvoir sa production artistique, d’assurer la transmission de son travail aux générations futures et de rendre ses œuvres accessibles au public.

DESCRIPTION DU CONCOURS

Chaque classe désireuse de participer au concours reçoit une sélection de cinq œuvres de Lermite, toutes réalisées dans les Montagnes Neuchâteloises, avec à chaque fois des indications géographiques précises permettant de repérer l’endroit représenté et tirées en format A3, voire A2 si nécessaire. La classe choisit une ou plusieurs de ces peintures et les interprète librement, en gardant le même angle de vue que l’artiste.

Les enseignants et les élèves sont très libres dans le choix des techniques :

  • crayon ou neocolor
  • gouache
  • encre de Chine
  • fusain, pastels
  • feutres
  • gravure ou linogravure
  • etc.

En vue d’une exposition future des meilleurs travaux, les œuvres doivent être réalisées sur un support 2D (papier, carton) et le format doit être au minimum A4. Les formats carrés sont aussi acceptés. En revanche, la photo, la vidéo et la sculpture ne sont pas autorisées.

Avant la réalisation des travaux, l’enseignant invite les élèves à se poser des questions :

  • Le peintre a-t-il pris des libertés par rapport à la réalité ?
  • Réfléchir au choix de la perspective et de l’angle adoptés par Lermite par rapport au sujet.
  • C’est aussi l’occasion de présenter aux élèves la grande distinction entre art figuratif (une forme d’art qui représente la forme réelle des choses, identifiables) et art abstrait (une forme d’art ne représentant ni personnes ni objets réels, ni choses ou scènes connues), en montrant qu’il existe bien sûr des intermédiaires entre les deux.